Ce blog ne prétend rien d'autre que d'être une suite d'articles sans liens ni thématiques particulières. Il fait part de la vision d'un expatrié sur ce merveilleux pays qui l'a accueilli, essayant d'en donner une image diffèrente des clichés qu'en ont souvent ceux qui le méconnaisse. Il cherche aussi à temoigner d'une expérience personnelle qui prouve que le bonheur n'est pas une chimère...

17 sept. 2012

Ecce homo de Borja: N'est pas Velasquez qui veut.


Bien souvent, la réalité rejoint la fiction...
Vous vous souvenez d'une scène irrésistible d'un des films de Mr Bean, où celui-ci "retouche" et "restaure"  à sa manière un célèbre tableau du peintre américain Whistler ?

C'est ce qui s'est passé dans une petite ville d'Aragon, Borja, où Cecilia Gimenez, une femme dévote de 81 ans, a décidé de son propre chef de restaurer une fresque de la fin du XIXème siècle, qui même si elle n'était pas cataloguée et d'une valeur artistique limitée, représente de façon assez réussie un Ecce Homo inspiré de celui de Guido Reni.
 peinture de l'ecce home 
La source d'inspiration du peintre de 1930, Elías García Martínez, un professeur des beaux arts de Zaragosse.


Voilà le résultat: (attention!! âmes sensibles s'abstenir!!...)

ecce homo de cecilia gimenez
De gauche à droite, la fresque originale, la fresque avant restauration et la fresque "restaurée" par Cecilia Giménez.



Cette anecdote, qui a fait le tour du monde, aura au moins eu le mérite de rendre célèbre ce petit bourg espagnol où déjà se pressent des foules de curieux prêts à payer une entrée pour contempler le fameux ECCE MONO. (Jeu de mot espagnol, mono signifiant singe. Donc "voici le singe" et non "voici l'homme")

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...